Le mot du président

Par l’amour de l’humain, par amour du théâtre, par amour pour un jeune fou qui nous a fait partager son virus, nous nous retrouvons autour d’un « petit théâtre » à Issoire pour affronter plus tard, des scènes plus ou moins grandes, des salles plus ou moins remplies (et quelquefois même, des salles qui n’en sont pas).
Mardi ou jeudi, selon la pièce, le week-end quand il y a urgence, venus du Cantal, de Haute-Loire et même d’Issoire, nous nous rassemblons texte à la main, criant, chuchotant, dansant et heureux.
La flamme nous porte, le public nous aide, nous nous encourageons et nous essayons aussi de transmettre. Depuis 2008, nous intégrons des ateliers pour préparer nos futurs spectacles.
Des comédiens de l’équipe s’investissent, préparent le travail de la voix, du corps, du jeu, et des improvisations pour éviter, « la littérature en costume » comme le disait Ariane Mnouchkine.
De 7 à 77 ans, nous sommes fidèles au poste, laissant à la porte du théâtre les problèmes et soucis du quotidien pour une rencontre avec Molière, Goldoni et surtout avec nous même.
La rencontre des autres et de soi, l’échange et le partage d’hommes et de femmes de tous les milieux permettent une émulation forte pour que notre goutte d’eau vive chaque aventure avec succès : tous trouvent leur place, que ce soit à la technique, sur scène ou derrière le rideau, à la couture, ou sous les feux de la rampe. Certains s’en vont sous d’autres horizons d’autres arrivent, au gré des vies agitées ou choisies. Mais tous renforcent jour après jour ces fragiles insectes que sont « La troupe de théâtre » et « la pièce de théâtre ».
Populaires, nos spectacles gardent le souci du public et essaient d’innover dans les textes ou la mise en scène. La pièce « Les Femmes Curieuses » de Goldoni, jouée entre 2003 et 2005 était jouée pour la première fois en France, « Un autre jour… » création de la troupe incluait le public au cœur du spectacle avec chansons et accordéon. « Les Copines », dans une mise en scène originale a conquis 17 salles. Bravo à tous.
Amélie Gaime, qui jouait un serviteur dans Goldoni rentre cette année au conservatoire, Lise Verdier y sera aussi mais avec l’option musique, d’autres écrivent, certains montent leurs spectacles, des comédiens ont leurs noms au générique d’un court-métrage,« Ubu » et « Affrontements » se sont préparés avec application avec au fond du cœur un morceau de Félix Tixier.
Merci à toi l’artiste, tes graines ont bien poussé. Continue de nous encourager, nous t’entendons…

David André