La Goutte d’eau-Félix Tixier présente sa dernière pièce, Palace, ce vendredi au Strapontin

Un article de la Montagne Issoire du 23/11/15

Ils veulent être là où on ne les attend pas. Après avoir interprété Brecht, les comédiens amateurs de la troupe de théâtre de La Goutte d’eau-Félix Tixier reviennent sur scène avec une comédie.

«Nous essayons de proposer des choses que les spectateurs n’ont pas l’habitude de voir, d’être originaux, explique le président, David André. De prendre le contre-pied de ce qu’attend le public. » Le théâtre de La Goutte d’eau- Félix Tixier, c’est cela. Une équipe animée « par ce feu sacré » qui fait que depuis la création de la troupe par Félix Tixier, les comédiens amateurs répondent toujours présents.

Des heures de répétitionQuels que soient leur âge, leur métier, leur parcours ( lire ci-dessous), ils ont plaisir à se retrouver sur scène ou face à elle, pour ceux qui préfèrent être dans l’ombre, s’occupant des costumes, de la lumière, du son… « Nous avons actuellement 20 comédiens et presque dix personnes qui aident au niveau de la technique », poursuit David André.

Ces amateurs ont un objectif : « produire un spectacle, être sur scène ». Après Ubu roi ou La résistible ascension d’Arturo Ui, c’est au tour de Palace d’être présentée, vendredi, à Issoire. Le malheur des uns, d’après une ‘uvre de Grumberg, suivra au printemps. Concrétisant ainsi au moins une année de travail. « Cela demande un investissement fort, comme ce fut le cas pour Arturo Ui », admet David André. Des heures de répétition, l’apprentissage des textes, les représentations… « Dans la troupe, on se connaît bien. Nous nous répartissons les rôles selon les qualités, les aspects physiques. Et chacun a sa spécialité. »

La mise en scène, dont s’occupe notamment David André depuis le décès de Félix Tixier, est la marque de fabrique de la troupe de théâtre. « Il y a un vrai soin donné à celle-ci. Elle est peaufinée. Les textes ne sont pas mis les uns à côté des autres. Il faut donc les lire et relire pour voir toutes les finesses. »

Un travail réalisé avec beaucoup de bonne volonté. Car il n’est pas toujours facile de vivre quand on est une troupe de théâtre amateur. « Nous avons 500 euros de subvention », précise David André. Il y a également les recettes des entrées. Mais de l’autre côté de la balance, pèsent fortement l’achat de matériel, les droits d’auteur, les déplacements… « Désormais, nous devons aussi payer la location du Strapontin au bout de la deuxième représentation. C’est un quart de notre subvention ! Cela fait un budget à trouver… »

« Il faut lire et relire les textes pour voir toutes les finesses »Mais la troupe peut compter sur le public, toujours au rendez-vous. La résistible ascension d’Arturo Ui a été jouée 20 fois et a réuni 1.500 spectateurs. De quoi motiver les comédiens amateurs. La Goutte d’Eau s’est d’ailleurs rapprochée de l’Amicale laïque, « avec qui nous partageons des valeurs communes », pour créer une section théâtre. Cette dernière a vu le jour en octobre.

« Depuis le temps que nous sommes sur les planches, nous nous posons continuellement la question de ce qu’est le théâtre, comment nous améliorer… Et nous essayons de former les membres de la troupe du mieux que nous pouvons. »

Marion Chavot