Une malade avec de l’imagination

Un article de la Montagne du 18/04/13

Après le concert de jazz, le Foyer culturel laïc a continué le programme de ses manifestations, samedi dernier, en proposant cette fois-ci au public une soirée théâtrale. Sur scène, se trouvait la troupe de la Goutte d’eau qui interprétait Hypocondria, une version moderne du Malade imaginaire de Molière. Le malade, qui était ici une malade tout enturbannée et vêtue d’un costume également de style oriental, a mené de bout en bout les spectateurs dans son monde de fou rire, en compagnie de personnages tous plus comiques les uns que les autres du fait de leurs jeux de mots et de leurs gestuelles qui évoquaient parfaitement les situations d’une malade imaginaire de notre époque. Le public, composé de toutes les générations, a en tout cas adoré cette mise en scène et n’a pas ménagé ses applaudissements pour la « chute » d’une histoire pour le moins abracadabrante.

Roussy Sonia

Le Théâtre de la Goutte d’eau-Félix-Tixier se prépare

Un article dans la Montagne du 05/04/13 :

Les comédiens amateurs du Théâtre de la Goutte d’eau-Félix-Tixier viennent de recevoir un prix pour leurs « Brèves de comptoir » et préparent un nouveau spectacle.Représentations, ateliers de théâtre pour enfants et adolescents, lectures… Au Théâtre de la Goutte d’eau-Félix-Tixier, les idées fusent et les projets naissent. « Cette année, Félix Tixier aurait eu 100 ans. Je pense qu’il aurait été fier de ce que l’on fait », confie David André, directeur de la troupe.

ReconnaissanceLa troupe a participé au 7 e Rencontres de théâtre amateur d’Aurillac, du 14 au 17 mars, et n’est pas repartie les mains vides. Elle a reçu le prix du jury pour ses « Brèves de comptoir ». Une récompense qui a ravi les comédiens. « On a été accueillis dans des lieux extraordinaires. On a vu des spectacles fantastiques, avec des comédiens de grand talent, et pour couronner le tout, on a reçu ce prix. On est tellement fiers », souligne David André.

Et maintenant ?Projet. Le Théâtre de la Goutte d’eau se lance dans un nouveau spectacle, l’adaptation de « la Résistible ascension d’Arthuro Ui », de Bertolt Brecht. « C’est une manière légère d’aborder la montée au pouvoir d’Hitler, mais à Chicago, avec le gang des Choux-fleurs. Notre objectif est d’arriver à faire rire le public avec ce projet. » La troupe pense pouvoir présenter cette ouvre début 2014.

Ateliers. Marc Jacquet, comédien de la troupe, propose des ateliers aux enfants et adolescents. Ce passionné de théâtre leur inculque les bases autour de petits textes de Shakespeare. Un spectacle est prévu au terme de la formation. Ces ateliers se déroulent les mercredis après-midi, à l’Amicale laïque.

Représentations. La troupe est en représentation jusqu’à cet été avec les pièces « Hypocondria » et « Brèves de comptoir ». Des lectures en bibliothèques sont également prévues.

Pratique. Renseignements au 04.73.89.65.25.

Nathalie Piendel

“Les brèves de comptoir” par le Théâtre de la Goutte d’eau

Un article de la Montagne issoire du 04/02/13

Le Théâtre de la Goutte d’eau – Felix Tixier présentera sa dernière création, “Les brèves de comptoir”, samedi 9 février, à 20 h 30, au collège des Près. Il s’agit d’une pièce de Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gouriot, mise en scène par Eliane Lhoste et David André. Prix : 5 € ; gratuit pour les moins de 16 ans. Billets sur place ou réservations au 04.73.89.65.25 ou au 04.73.89.43.14

Hypocondria, la permanence des craintes

Un article de la Montagne du 25/10/12

Organisée et offerte par la municipalité, une soirée théâtre est venue clore une journée conviviale fort réussie dédiée à l’automne.

À la nouvelle salle des fêtes, comble pour la représentation, la troupe Le Théâtre de la Goutte d’eau proposait la pièce « Hypocondria » dont on imagine facilement qu’elle porte les mêmes angoisses de santé qu’un célèbre « Malade imaginaire ».

Née du remarquable travail d’adaptation et de réécriture effectué par Bernadette Bertrandias, et dans une mise en scène actualisée, la comédie assoit au fauteuil un Argan au féminin, cernée de médications, déchirée des maux de son corps, et béate des mots de fausse érudition hermétique des nouveaux Diafoirus.

Les obsessions, la satire médicale, le simulacre de mort révélateur d’intentions et de sentiments, auront retrouvé (et conservé) la force amplifiée du trait, le tableau d’ombres des vies humaines, la farce des situations amusantes et des vérités grinçantes.

Excellemment jouée par la troupe de La Goutte d’eau, « Hypocondria » a fort élégamment associé Molière à la révérence finale.

Rendez-vous. Une prochaine représentation d’« Hypocondria » est programmée le samedi 19 janvier 2013, à la salle La Fabrik, à Issoire.

Jacques Bussières

Des brèves de comptoirs pour conclusion

Un article de la Montagne Lempdes du 22/03/12

Le rideau est tombé dimanche soir sur la 22 e édition du festival de théâtre actif organisé par la Fédération des Associations Laïques du Puy-de-Dôme, à l’espace culturel de la 2Deuche.

Le succès a été au rendez-vous avec plus de 450 entrées payantes sur les quatre jours de spectacle, ce même si ce bilan est un peu en deçà des espérances des organisateurs.

La dernière journée de ce festival de théâtre amateur désormais incontournable a été marquée par la présentation de Yerma, de Federico Garcia Lorca jouée par les acteurs du Centre Régional d’Art Dramatique sur une mise en scène de Daniel Thévenet.

Cette tragédie réservée aux plus de 12 ans retraçait le destin d’une villageoise que sa quête inassouvie de maternité conduit à la tragédie. Le tout sous fond de rites païens rappelant que les règles de toute société demeurent soumises à celles de la nature.

Puis, après un intermède ludique, le Théâtre de la Goutte d’eau Félix Tixier présentait Brèves de Comptoirs de Jean-Michel Ribes et Jean-Marie Gouriot. Mise en scène par David André et Eliane Lhoste, la comédie tout public passait en revue sept jours de la semaine dans un bar, où l’on disserte, vient parler de la crise, d’Obama et des misères de la vie à travers des répliques cinglantes, pudiques ou grossières. La salle Jean Ferrat a beaucoup ri face aux habitués ou occasionnels d’un bistrot où planait une touche de Boris Vian… Ce, avant qu’acteurs et organisateurs ne se retrouvent autour d’un repas d’amitié.

Distraire mais surtout faire réfléchir

Un extrait de l’article de la Montagne du 26/01/11

Issoire est une ville où l’on aime jouer la comédie, les multiples troupes de théâtre qui font vibrer les planches des salles de spectacle l’attestent.
Ils ne se considèrent pas comme des grands comédiens et dramaturges. Pourtant, ils font rire, pleurer et réfléchir. Chacun à leur manière, ils sont les gardiens du temple de la culture théâtrale à Issoire…Le Théâtre de la goutte d’eau Félix-Tixier. « Nous souhaitons que les spectateurs se posent des questions devant nos représentations, même les gens qui n’ont pas l’habitude d’aller au théâtre, insiste David André, président du Théâtre de la Goutte d’eau Félix-Tixier. Les textes que nous choisissons demandent une vraie réflexion. Certes, nous sommes des amateurs. Mais nous cherchons sans cesse à nous rapprocher de l’excellence ».

Les trente-trois membres du Théâtre de la goutte d’eau, s’efforcent sans arrêt, à travers leur art, de sensibiliser le public. « L’art dramatique a un côté intellectuel qui fait peur à la population, nous souhaitons combattre cette idée, même si notre théâtre n’est pas purement populaire », poursuit David André.

En quête de perfectionnement, les membres du Théâtre de la goutte d’eau font régulièrement des stages, en plus de leurs répétitions. Ils collaborent également avec des troupes de toute la région. Dans l’attente de leurs nouveaux spectacles en cours de préparation, Brèves de comptoir et Hypocondria, Affrontement et Ubu roi sont encore sur le devant de la scène…
(…)
Elsa Mongheal

“Dynamiser le jeu sur scène”

Cité dans la Montagne du dimanche 25 avril 2010 – 09:03

Chaque année, le festival des Théâtrales de Saint-Beauzire récompense artistes et troupes de théâtre amateurs de la région. Pour cette 8e édition, la troupe issoirienne de la Goutte d’eau faisait partie des heureux élus.

« Nous avons été félicités par le jury pour la qualité et l’originalité de nos costumes. Il faut dire que nous les confectionnons nous-mêmes, et qu’au total, cela représente plus de 500 heures de travail », a expliqué David André, président de la troupe.

À lire dans son contexte original sur le site de la Montagne. Et en entier sur cette page : coup-de-coeur-du-jury.