Retour au pays

Salut à tous et à toutes, Ça y est, nous y revoilà au pays. J’ai lu les commentaires de Bernadette sur Ubu et nous avons à quelques détails près la même impression, très bonne généralement et j’en suis sorti réconforté sur le travail que nous avions effectué. Tu as raison Éliane, La Comédie, c’est le top niveau, pour info :

  • 57 comédiens …et pas des moindres.
  • 400 salariés
  • 22 métiers
  • Un plateau de 30mètres d’ouverture et 30 de profondeur.
  • Le plus ancien théâtre de France.

Alors effectivement, nous ne jouons pas dans la même catégorie et pourtant, nous avons choisi la même pièce, ce qui nous incite à des comparaisons, surtout sur les idées. Avec nos petits moyens, il me semble que nous n’avons pas grand-chose à envier :

  • En règle générale, ils semblent avoir malmené le texte plus que nous (la bataille, la scène d’Ubu dormant, Ubu et Cotice ont été bien sabrées…)
  • L’idée de la course est bien mais la notre l’est aussi.
  • L’entrée du roi (Michel Robin !!) attiré par la bouteille et sa femme en Bernadette Chirac étaient à mourir de rire mais notre Guy avec son accent et sa femme hispanique devrait faire leur effet.
  • Bordure et son équipe de para-militaires collabo étaient dans le ton et très très bons.
  • Je pense que la scène des têtes coupées  sera plus visuelle que la leur.
  • L’annonce des lieux ne me se semble pas vraiment nécessaire, d’ailleurs, elle n’est faite qu’aux premiers actes.
  • La scène du bateau est minimaliste et pour ma part, décevante, comme la scène de l’ours.
  • L’idée que nous avons de jouer sur les hauteurs donne du relief  et offre des diagonales intéressantes du point de vue visuel. La scène Ubu/mère Ubu à la fin aurait pu donner autre chose surtout sur un plateau comme celui là.
  • La scène d’Ubu et de la mère Ubu nouvellement couronnée est bien mieux quand ils sont saouls  (Bravo Guillaume et Roger !).
  • Bougrelas, joué par un jeune comédien est vraiment très bon… comme Marc !

Nous avons éliminé Ladislas, Bodeslas, Pile, les paysans et leur présence n’est pas vraiment nécessaire. Alors, c’est vrai que les comédiens savourent plus le texte, ils le gardent en bouche, laissent des blancs quand c’est nécessaire et notre travail à la rentrée sera axé la dessus. Un point que j’ai trouvé excellent, fut la musique et les chansons qui jalonnent la pièce. Quelle joie cette musique ! Beaucoup d’idées donc, une soirée superbe, beaucoup de cogitations par la suite mais jamais l’idée que nous étions hors sujet, loin de là et pas envie de changer notre Ubu (sauf si on trouvait une tête de cheval peut être !). Bon mois d’août ! David   PS : Nous avons compté les projecteurs avec Sacha et Tom…. 110. Merdre !

Le mot du président

Par l’amour de l’humain, par amour du théâtre, par amour pour un jeune fou qui nous a fait partager son virus, nous nous retrouvons autour d’un « petit théâtre » à Issoire pour affronter plus tard, des scènes plus ou moins grandes, des salles plus ou moins remplies (et quelquefois même, des salles qui n’en sont pas).
Mardi ou jeudi, selon la pièce, le week-end quand il y a urgence, venus du Cantal, de Haute-Loire et même d’Issoire, nous nous rassemblons texte à la main, criant, chuchotant, dansant et heureux.
La flamme nous porte, le public nous aide, nous nous encourageons et nous essayons aussi de transmettre. Depuis 2008, nous intégrons des ateliers pour préparer nos futurs spectacles.
Des comédiens de l’équipe s’investissent, préparent le travail de la voix, du corps, du jeu, et des improvisations pour éviter, « la littérature en costume » comme le disait Ariane Mnouchkine.
De 7 à 77 ans, nous sommes fidèles au poste, laissant à la porte du théâtre les problèmes et soucis du quotidien pour une rencontre avec Molière, Goldoni et surtout avec nous même.
La rencontre des autres et de soi, l’échange et le partage d’hommes et de femmes de tous les milieux permettent une émulation forte pour que notre goutte d’eau vive chaque aventure avec succès : tous trouvent leur place, que ce soit à la technique, sur scène ou derrière le rideau, à la couture, ou sous les feux de la rampe. Certains s’en vont sous d’autres horizons d’autres arrivent, au gré des vies agitées ou choisies. Mais tous renforcent jour après jour ces fragiles insectes que sont « La troupe de théâtre » et « la pièce de théâtre ».
Populaires, nos spectacles gardent le souci du public et essaient d’innover dans les textes ou la mise en scène. La pièce « Les Femmes Curieuses » de Goldoni, jouée entre 2003 et 2005 était jouée pour la première fois en France, « Un autre jour… » création de la troupe incluait le public au cœur du spectacle avec chansons et accordéon. « Les Copines », dans une mise en scène originale a conquis 17 salles. Bravo à tous.
Amélie Gaime, qui jouait un serviteur dans Goldoni rentre cette année au conservatoire, Lise Verdier y sera aussi mais avec l’option musique, d’autres écrivent, certains montent leurs spectacles, des comédiens ont leurs noms au générique d’un court-métrage,« Ubu » et « Affrontements » se sont préparés avec application avec au fond du cœur un morceau de Félix Tixier.
Merci à toi l’artiste, tes graines ont bien poussé. Continue de nous encourager, nous t’entendons…

David André

Ubu Roi

ubu
affiche Ubu Roi, réalisée par Éliane Lhoste

Ubu Roi Poussé par sa femme à prendre le pouvoir, le capitaine des dragons Ubu, élabore avec le capitaine Bordure un plan pour renverser le roi Venceslas. Malheureusement, sa prise du pouvoir mettra en exergue son avidité. La tyrannie absurde et sanguinaire de ce pantin se révèle d’ « une terrible » drôlerie sous la plume de Jarry. Ubu est grotesque mais dangereux, il nous fait rire mais jaune. Sa vulgarité n’a d’égal que sa lâcheté. Formidable pièce, plus que centenaire « Ubu Roi » offre à la troupe de la Goutte d’eau fondée par Félix Tixier, un formidable terrain de jeu où le reflet de l’actualité n’est jamais bien loin et où les comédiens s’en donnent à cœur joie.

– Mais enfin, père Ubu, quel roi tu fais, tu massacres tout le monde. – Eh merdre ! – Plus de justice, plus de finances. – Ne crains rien, ma douce enfant, j’irai moi-même de village en village recueillir l’impôt !

Plus de vingt personnes, des idées chaque semaine au service de la pièce, une équipe qui joue ensemble depuis de nombreuses années avec le théâtre comme passion et peut-être bien plus encore, c’est une vraie joie, un vrai défi de mettre en scène ces saltimbanques, et nous pensons que malgré notre statut amateur, la montagne «Ubu » sera gravie. Éliane Lhoste et David André (metteurs en scène).

Affrontements

Affiche réalisée par Christian Frattini
Affiche réalisée par Christian Frattini

Affrontements est fait de rencontres, plus ou moins agréables, plus ou moins drôles dont voici un résumé.

Prélude : « Le bonheur ».
Le présentateur (Christian FRATTINI) manipule Sofia… à moins qu’il ne soit manipulé par elle?
Alice ma sœur.
Alice (Sylvie BRAVARD), schizophrène. Jacques (Thomas DA COSTA), son frère, fatigué de cette responsabilité. Pierre (Philippe RIVALLIER) est bien embarrassé en leur rendant visite pour leur vendre sa voiture.
Le secret.
Charles (Christian) et Françoise (Véronique BONNET), sa fille. Le secret sera-t-il révélé ?
L’ambiguïté sera-t-elle levée ? Qui triomphera, l’amour ou l’amour-propre ?
Continuer la lecture de « Affrontements »

Fiançailles du père Ubu et de la R’bue

Le père Ubu2 et la R’bue souhaiteraient vous inviter à leurs fiançailles de merdre

Jeudi soir vers 19h. (Oui, oui, ce jeudi et alors ?)

Le roi vous demande donc de vous présenter en son château du Broc vers l’heure zindiquée ci-dessus muni de ce que vous voulez faire partager aux zubuesques personnages ainsi que d’une chaise (cette dernière étant obligatoire).

Le père Ubu préparera le punch et fera cuire la saucisse royale sur son barbecue de marque “Campingaz”.

Vous zêtes priés de confirmer votre venue et de vous parer de vos plus beaux zabits car de part ma chandelle verte, ce n’est peut-être pas le mariage mais quand même, la mère Ubu va perdre sa virginité (à moins que Rensky ne s’en soit zoccupé….)

Vous zêtes zaussi priés de contacter les manants ne possédant pas internet ( Loulou, Marie Laure…) .

La liste de fiançaille est déposée à la déchetterie de Vic le Comte.

À Jeudi, les Zub’s
Votre Monarque adoré

Un autre jour

Création 2007

autre_jour
Affiche “Un autre jour”

Ginette, La muette, Rita et leur meneuse la Baronne arpentent depuis de trop longues années le trottoir montmartrois. Entre des clients pas toujours tendres et un souteneur irascible, le temps passe en cet été 1939…

Pourtant un évènement va survenir et transformer leurs vies, leurs regards sur le monde et les amener à peut-être changer d’existence. Entre confidences, rires, déchirements et chansons tout semble pouvoir arriver…

Parce que les escaliers montent et descendent,
Quel que soit notre rang, gardons la flamme, cette flamme d’enfant
Qui brûle en nous, même dans les plus grandes tempêtes.
Car rien n’est définitivement mort,
Parce qu’il peut toujours naître…un autre jour.
L’homme en blanc, Acte III scène 5

« Bien qu’ces vaches de bourgeois les appellent les filles de joie, c’est pas tous les jours qu’elles rigolent » G.Brassens.

L’envie d’un théâtre populaire moderne, capable de faire réfléchir, nous a amenés à tenter l’écriture de cette pièce en juin 2005. Retouchée sur le plateau par une analyse collective et le jeu des comédiens cette pièce inédite va poursuivre son aventure devant vos yeux et symboliser l’esprit de la troupe. Félix Tixier, notre emblématique metteur en scène s’est chargé d’y apporter son expérience : “Nous avons essayé de donner du plaisir et de la liberté aux comédiens tout en surprenant le public et en le faisant participer à l’action”.
Nous souhaitons que vous puissiez partager avec nous ce projet humain inédit qui a débuté par… une feuille blanche. Vive la création!

David André et Guillaume Gay

Les femmes curieuses, de Goldoni

À Venise, les vénérables Mrs Pantalon de Bisognosi, Lélio, Scarcavalli, Ottavio et leurs amis Léandre et Florindo se réunissent régulièrement dans une maison pour…
Pour quoi au juste ? C’est ce qu’ont décidé de découvrir leurs bien-aimées rongées par l’envie de savoir…
Leurs fantasmes seront-ils à la hauteur de ce qu’elles découvriront ?

“J’ai un tempérament qui fait que je voudrais tout savoir de ce qui se passe dans le Monde”
Coraline (Acte II Scène 26)

On ne peut donc pas dire qu’elles sont curieuses…

Texte Français d’ Anne Manceron en 1993 et la pièce est jouée pour la seconde fois seulement en France…

ScreenHunter_01 2009-08-25Carlo Goldoni est né à Venise en 1707 et meurt à Paris en 1793. Il fut le réformiste du théâtre italien . Il décide d’épurer la commedia dell’arte en écrivant entièrement les dialogues des comédiens ( sans laisser place à l’improvisation des acteurs), en éliminant les grossièretés traditionnelles et, surtout en enlevant les masques. Il s’exile à Paris pour écrire sous la protection du roi et, à la révolution, on lui enlève sa pension. Il meurt dans la misère.

Ses comédies s’appuient sur le réalisme des situations et la peinture sociale (La Locanderia, Les Jumeaux Vénitiens, Les Rustres…) Il est révélé en France par Giorghio Strehler en 1951 et il devient une figure du théâtre.